Blogs

12122017-DC-BSR-

BSR 17 – Le business, un facteur majeur du développement durable

La fin de mois d’Octobre a été marquee par le rassemblement de grandes personnalités du monde des affaires, de membres de gouvernements et du monde associatif, à  l’occasion de la 25ème édition de la  conférence annuelle BSR (BSR17). Cet évènement s’est désormais inscrit sur la liste des rassemblements majeurs du secteur privé, en vue de mener la réflexion sur les solutions à apporter aux problématiques mondiales. Une problématique centrale a animé cette année les discussions: “L’impact du business sur le développement durable”. Dans son discours d’introduction, le président directeur général de  BSR, Aron Cramer, a mis en exergue l’importance de cette problématique expliquant ce qui motivé le choix de ce thème cette année. Admettant que l’année 2017 a été marquée par un certain nombre de difficultés notamment relatives à des changements politiques à l’échelle mondiale, à la défection de certain pays signataires de l’accord de paris sur le climat en 2015, Aron Cramer a salué les solutions rapides proposées par une l’opinion publique, les acteurs du secteur privé et public. Il a également saisi l’occasion pour souligner l’importance du rpole du monde des affaires dans la construction d’un futur durable expliquant: « 2017 a également été une année plus prospère pour le business et de nombreux hommes d’affaires ont sû s’exprimer et apporter des solutions au moment opportun aux problématiques globales”. Cet avis a d’autant plus été largement partagé par les personnalités présentes à cet évènement.

Plus de 700 visiteurs de tous les secteurs ont fait le déplacement pour participer aux panels de discussions et échanger sur les opportunités de collaboration liées au développement durable. Ces discussions ont d’autant plus été marquées par la participation d’importants speakers pour ne citer que le vice-président américain Al Gore, Cecile Richards de Planned Parenthood et le président de Microsoft Brad Smith.

Les données présentées par Al Gore indiquent que le taux d’augmentation des émissions de gaz non seulement ralentit, mais se stabilise également ce qui confirme l’effort déployé pour lutter contre le réchauffement climatique. Audrey Choi, directrice marketing et directrice générale de Morgan Stanley, qui était aussi conseillère politique de Gore à la Maison Blanche, a donné un aperçu sur les recherches menées par son organisation ces dernières années. Les résultats incluent des données selon lesquelles les lieux de travail diversifiés ont un rendement plus élevé sur les capitaux propres et que les entreprises ayant des stratégies à long terme ont mieux performé au cours des 25 dernières années, que celles axées sur des gains à court terme.

Enfin, Audrey Choi a donné un aperçu général de la durabilité et la recherche de Morgan Stanley, indiquant que les opportunités d’investissement liées à la durabilité sont susceptibles de créer un marché mondial d’une valeur de 10Tn $ par an. Ainsi, la hausse du GDP global du monde est de 4,5%.

Brad Smith, l’ancien avocat actuellement président de Microsoft , a partagé une vision particulièrement intéressante et légitimement inspirée de la sécurité numérique. Il a ainsi souligné l’impact du piratage, mené par les gouvernements et les acteurs non étatiques, et rendu possible par l’absence de droit international sur l’utilisation des nouvelles technologies numériques. il a également présenté la vision de Microsoft, qui tente de rapprocher les secteurs privé et public pour établir ce une «Convention numérique de Genève». Un tel accord déterminerait selon lui les règles de ce qui est ou n’est pas autorisé dans la sphère du cyberespace. L’initiative envisage en outre la création d’un accord signé par les sociétés de technologie qui s’engageraient à ne  créer que des logiciels défensifs, ainsi qu’une organisation indépendante capable d’enquêter et de partager publiquement les preuves qui attribuent les attaques d’États-nations à des pays spécifiques.

Djembe Communications, partenaire média de cet évènement, y a pris part avec la participation d’une équipe ayant fait le déplacement. En tant que cabinet de conseil en communication spécialisé sur le marché africain, il était particulièrement intéressant d’entendre et de contribuer aux efforts de durabilité liés au continent africain. Alors que les sessions traitent des problématiques mondiales et, à ce titre, étaient toutes pertinentes pour l’Afrique, quelques-unes se démarquent. Le panel sur «l’agriculture positive» a fourni des informations précieuses sur la façon dont les principaux acteurs des marchés mondiaux de l’agroalimentaire et du bétail, optimisent l’utilisation des engrais et s’efforcent d’accroître l’échange de connaissances entre les agriculteurs, surtout en ce qui concerne la rétention d’eau dans le sol.

La session «Exploitation de nouvelles technologies pour la durabilité de la chaîne logistique» a relevé la tendance croissante vers des programmes à fort impact et qui permettent aux chaînes logistiques mondiales d’être plus transparentes avec la communauté locale et les différents influenceurs. Il a notamment souligné que de tels programmes créent de la valeur et sont donc rentables à la fois pour les entreprises et les communautés locales.

Notons que BSR a été un des leaders dans la promotion de la collaboration dans tous les domaines du développement durable avant que la CSR ne soit largement adoptée. En dehors des centaines de projets à travers le monde qu’il a incubé, son influence est également visible par le grand nombre d’anciens employés de BSR occupant des postes de niveau C de durabilité dans des entreprises telles que Amazon et Levi Strauss. L’édition de cette année a confirmé qu’elle reste une plate-forme centrale pour l’échange d’idées ainsi que la collaboration. A ce titre, Djembe aura le plaisir de confirmer son intérêt pour cet évènement et sa volonté de poursuivre le partenariat média pour les futurs éditions.

Nous vous invitons à découvrir les vidéos, les blogs et les photos des moments forts de la conférence de BSR sur  https://goo.gl/USYxqc

Par Thomas McEnchroe, Djembe Communications