Blogs

12212017-DC-Crypto-640975012

La fièvre de la crypto-monnaie en Afrique

Le Digital fait aujourd’hui partie intégrante de notre quotidien, tout comme les smartphones, les bitcoins et le café savoureux du Starbucks. Au moment où les innovations numériques continuent de redéfinir chaque aspect de nos vies, le terme «disruptif » est devenu – selon l’auteur Kevin Roose, une «rhétorique sans signification» à une époque où tout est « disruptif ».

Ces termes, croyez-le ou non, ont fondamentalement transformé la façon dont les Africains interagissent financièrement. La crypto-monnaie, monnaie numérique essentiellement cryptographique, est adoptée par les pays d’Afrique sub-saharienne allant du Ghana, au Kenya, au Nigeria, au Sénégal, à l’Afrique du Sud, à la Tanzanie et à l’Ouganda.

Ayant récemment visionné le documentaire «Banking on Bitcoin» du cinéaste Christopher Cannucciari et écouté d’innombrables opinions sur le potentiel inexploité de la technologie blockchain open-source, l’idée d’un continent P2P interconnecté numériquement me semble très plausible , du moins d’un point de vue africain.

Le site anonyme Silk Road de Ross Ulbricht contient des avis divisés sur la nature non régulée de la technologie blockchain. Un récent article publié par The Economist met en évidence l’ampleur de ce résultat qui favoriserait l’émergence d’un monde dystopique. À l’heure actuelle, ce débat porte essentiellement sur l’efficacité des cryptomarchés , un débat pertinent pour les consommateurs et les investisseurs.

Plusieurs questions se posent : Pourquoi l’Afrique occupe-t-elle une place importante dans cette équation de blockchain? La réponse à cette question se trouve dans un marché public centré sur le consommateur, dynamique et le fort taux d’utilisation du mobile sur le  continent.

Prenons l’exemple de M-Pesa, la plate-forme pionnière de transfert d’argent basée en Afrique. Dans le cas du Kenya, la FinTech a pratiquement transformé le PIB du pays– mettant en évidence le potentiel économique de la cryptofinance dans les marchés émergents et ouvrant la voie aux innovations de blockchain à venir telles que BitPesa et Bitwala. En Afrique de l’Ouest, le Sénégal envisage de se joindre à la Tunisie pour lancer sa propre monnaie nationale de blockchain afin de l’aligner sur la monnaie courrante de la région, le franc CFA. Cette monnaie numérique au développement imminent est largement utilisée dans les transactions transfrontalières – ouvrant essentiellement la voie à un soutien gouvernemental pour favoriser l’inclusion financière et le commerce intra-régional.

Tout aussi fascinante, Gertrude Njuba, conseillère principale du président ougandais, a cofondé une initiative baptisée Blockchain Africa, axée sur le développement du registre foncier du pays, tandis que l’initiative ghanéene Bitland vise à «libérer le capital foncier par la démocratisation des biens immobiliers». La propriété reviendrait à « combiner l’automatisation et la technologie blockchain. Les facilitateurs locaux tels que BitHub Africa et Blockchain Academy fournissent également une autre voie importante à partir de laquelle les entrepreneurs africains et les experts FinTech s’associent collectivement pour construire et authentifier ce phénomène de crypyo-monnaie. Les accélérateurs commerciaux et les formateurs joueront un rôle crucial pour encourager l’adoption et libérer le véritable potentiel des innovations de blockchain.

Afin que ces innovations complexes numériques puissent résister à l’épreuve du temps, dépasser la courbe d’apprentissage évolutive du monde développé et révolutionner le commerce électronique africain, il est important que les gouvernements règlementent ce secteur dans leurs pays respectifs. Cette action devra également être soutenues par les acteurs du marché africain tels que Blockchain Africa, BitHub.Africa et Blockchain Academy. Avec des initiatives FinTech passionnantes qui se développement dans toute l’Afrique, il ne fait aucun doute que la demande pour la technologie blockchain ne manquera pas.

Ne ratez pas les évènements organisés en 2018 à propos de la crypto-finance.

Blockchain Africa Conference 2018

Bitcoin Events organise sa 4e conférence annuelle réunissant des experts  qui débâteront de l’utilisation de la blockchain et de la cryptomonnaie, dela règlementation, des obstacles technologiques et des opportunités d’innovation que présente cette nouvelle technologie.

Crypto Finance Conference

CFC’18 organise la première conférence mondiale sur le cryptage du financement avant le Forum économique mondial 2018. La conférence qui se tiendra en 3 jours, réunira à la fois «les investisseurs privés et institutionnels ainsi que les principaux acteurs du secteur de la crypto & blockchain».

Par Daniel Sievwright, Suise